The Craftmen Club – Eternal Life

 The Craftmen Club reviennent avec Eternal Life, cinq ans après la sortie de leur dernier opus !

the-craftmen-club-retour-avec-eternal-life-vi-L-v87lkq

  The Craftmen Club signent leur retour avec un troisième opus intitulé Eternal Life à sortir le 10 Février. Les Insouciants reviennent sur le parcours du groupe ainsi que sur cet excellent album.

Originaire de Guingamp, The Craftmen Club fait ses débuts au courant des années 2000, se forgeant rapidement une réputation grâce à des prestations live sur différents festivals dont les Vieilles Charrues et les Transmusicales de Rennes. Ils s’autoproclament rapidement comme étant un groupe de « prototype rock’n’roll music » et sortent leurs premières maquettes qui seront très bien reçues par diverses radios ainsi que sur le réseau Férarock. Suite à leur premier album, I Gave You Orders Never To Play That Record Again (2005), le groupe se retrouve propulser sur la scène du Printemps de Bourges mais il faudra attendre 2009 pour que les guingantais parviennent à la consécration avec Thirty-Six Minutes qui a su se faire remarquer par de nombreux médias.

Enregistré en novembre 2012 sous la supervision de Yann Madec (Deportivo) et mixé par Scott Greiner, Eternal Life a fait l’objet d’une sortie en 45 tour le 20 avril 2013, Vampires officiant alors de premier single. D’emblée nous avions pensé à la configuration live du titre, les chœurs entêtants nous laissant facilement imaginer une reprise du public, mais nous avons également retenu la présence en face B d’une reprise de These Boots Are Made For Walking, originalement écrite par Lee Hazlewood et interprétée par Nancy Sinatra, qui n’apparaît pas sur l’album.

En guise d’ouverture The Craftmen Club nous propose l’efficace The Game, le tout nous faisant penser à Primal Scream, un riff accrocheur donnant immédiatement le ressenti à l’auditeur de ce qu’il va pouvoir entendre par la suite, l’album se constituant globalement sur la même lignée. S’en suit l’un de nos véritables coup de cœur, Click On The Box. Nous avons beau la réécouter indéfiniment, on ne parvient pas à s’en lasser, le gimmick entêtant nous transportant alors que la voix du chanteur, Steeve Lannuzel,elle, nous fait étrangement bondir dans les années 80, nous rappelant The Cure et son leader atypique Robert Smith. On appréciera également la présence d’une guitare saturée venant appuyer la légèreté présente dans le morceau afin de nous offrir un titre d’une excellente qualité.

Résonne alors Animals, autre single issue de cet opus et dont le clip nous avait intrigué à sa sortie en Janvier dernier. Tout comme ses prédécesseurs il possède un refrain entêtant, les « we are animals » se répétant sans cesse, poussant l’auditeur à fredonner dès la première écoute, emporter par le morceau alors que la musique prend doucement de l’ampleur, proposant quelque chose de simple et pourtant riche, signant un second coup de cœur pour nous. Silent Machines, elle aussi détonnera de part une guitare claire et efficace mettant en valeur la voix du chanteur. On aurait presque voulu que l’album poursuive ainsi mais les basses ont repris leurs droit et nous ramènent avec des titres comme It’s Too Late vers un courant plus porteur de new-wave, les paroles se voyant même accentuer en fin de phrases. Face To Face quant à elle ne sera pas sans nous rappeler à nouveau The Cure, avec une ligne de basse et une guitare claire proéminente, ce qui n’est pas pour nous déplaire, la voix de Steeve Lannuzel, s’accordant parfaitement avec les instruments. Eternal Life, chanson ayant donné son nom à l’album clos la boucle avec une accentuation sur l’instrumental même si quelques paroles sont présentes, le tout durant relativement longtemps (6.10) sans qu’on ne voit les minutes défilées, transportés par la musique résonnant dans nos oreilles de la première à la dernière seconde.

Globalement nous retiendrons d’Eternal Life des morceaux entêtants autant musicalement parlant que dans l’écriture, le tout transportant l’audition sans mal du début à la fin, et ce même si les titres s’enchaînent dans la même lignée.

Quelques live sont prévus pour The Craftmen Club dans les mois à venir : 

15 Février : Club Coatelan, Plougonven
20 Février : Run Ar Puns, Chateaulin
01 Mars : Soirée Superfuzz, Tréglamus
12 Mars : Nouveau Casino, Paris
10 Avril : Ubu, Rennes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s