Fancy Ghetto d’Alexandre Désilets : Son cœur est au plancher… de danse.

Après s’être fait connaitre avec des chansons planantes aux envolées lyriques et vocales, Alexandre Désilets change de ton et veut nous faire bouger avec Fancy Ghetto. Après tout, pourquoi être triste quand on peut danser !

ACH003441243.1389652097.320x320

On avait très hâte d’écouter la nouvelle proposition d’Alexandre Désilets, le suivant avec intérêt depuis son premier album. L’auteur-compositeur-interprète a toujours fait de la pop intelligente et il a tout d’un artiste accompli. Son parcours musical est constitué d’Escalader l’ivresse (2008) et de La Garde (2010).

Ici, Alexandre Désilets a voulu assumer son côté pop. Depuis sa participation au spectacle Danse Lhasa Danse en hommage à la défunte Lhasa de Sela, cet art a bouleversé sa démarche artistique. Pour la création de Fancy Ghetto, il a été très inspiré par la vie nocturne et les Talking Heads.

L’album a été enregistré en dix jours. Désilets a changé de musiciens et s’est offert les services de François Lafontaine, le claviériste du très influent groupe pop-rock Karkwa (en pause). Lafontaine signe sa première coréalisation (Désilets réalise aussi) et sa touche se fait beaucoup sentir. Quelques moments ressemblent aux montées de piano dont Karkwa nous avait habitués, même si c’est loin d’être désagréable à la sauce Désilets… Il y a aussi l’apport de l’excellent guitariste Olivier Langevin, membre des groupes rock Galaxie et Gros Méné. On ose le changement avec des solos de guitare (Hymne à la joie, Crime parfait), des sonorités des années 1980, d’Amérique du Sud (la foisonnante Bats-toi mon cœur) et asiatiques (la superbe ballade Rejoins-moi). Tout est soigné, jusqu’au plus minuscule arrangement.  Plusieurs écoutes sont requises avant de saisir tous les petits détails dans leur ensemble tellement ça part dans tous les sens ! Cependant, ces chansons up-tempo et déconstruites sont réussies. C’est très festif sans être répétitif ou artificiel.

Premier extrait de l’album, Renégat est représentatif du reste. La chorégraphie du clip est signée par le metteur en scène et danseur contemporain Simon-Xavier Lefebvre.

Comme toujours, les textes sont très poétiques et romantiques. Ils parlent de personnes marginalisées. On oscille entre les joies et les désillusions, entre la passion et le manque, entre le bonheur et la solitude. Alexandre Désilets les chante avec une voix aiguë, aériennecrachotante par moments.

Pour ceux qui apprécieront, on ne peut pas s’empêcher de conseiller le dernier album d’Alex NevskyHimalaya mon amour (2013), qui joue le même terrain de jeu.

Bref, on ne peut résister à l’appel du déhanchement endiablé de Fancy Ghetto !

Meilleurs morceaux : Bats-moi mon cœur, Rejoins-moi, Tout est perdu, Perle rare

Pour écouter et/ou acheter Fancy Ghetto :

http://alexdesilets.bandcamp.com/album/fancy-ghetto

Alexandre Désilets est présentement en tournée à travers le Québec (Trois-Rivières, Longueuil, Gatineau, etc.).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s