Festival Chorus : Un weekend sous le signe du rock

Les 29 et 30 Mars le Festival Chorus a enflammé La Défense !

Festival Chorus Une

La 26 ème édition du Festival Chorus nous a ouvert ses portes à La Défense les 29 et 30 Mars. Les Insouciants reviennent sur les temps forts de ce weekend placé sous le signe du rock avec notamment Mademoiselle K, Toybloïd, Findlay ou encore The Bellrays !

 

Samedi 29 Mars :

 

S’il est une artiste à saluer dans la programmation du Chorus cette année c’est bel et bien Katerine Gierak alias Mademoiselle K venue clore sa pré-tournée à La Défense le samedi 29 Mars dernier. Après avoir subi le renvoie de sa maison de disque avec pour motif l’écriture d’un quatrième album studio en anglais, la jeune femme n’a en rien perdu de son ardeur et nous l’a démontré une fois encore sur la scène du festival avec des morceaux des plus détonnant. Et une chose est sûre, la barrière de la langue se franchit sans soucis entre elle et le public venu en masse découvrir cet album encore en cours d’écriture. Le single Glory a ouvert la marche comme pour rassurer l’auditoire avec un titre connu avant d’enchaîner avec un set des plus électriques et prometteur pour la suite, nous donnant une réelle hâte d’avoir l’album entre les mains. L’un d’eux nous procurera des frissons et ne nous laissera pas indifférent face à l’émotion se dégageant du corps de Katerine alors qu’elle rira plus tard en dédiant une chanson à tout ceux qui ont des « connards pour voisins », engendrant la réaction de plusieurs personnes dans le public. Ce dernier a d’ailleurs semblé écouter attentivement ce qui se jouait sur scène, se laissant doucement aller au fil du set jusqu’à exploser avec deux titres issus de son premier album Ça Me Vexe (2006) dont la chanson éponyme et Final dont les paroles transpirent la sincérité d’une artiste certaine de rien.

P1190212

Notre soirée se poursuit avec le fougueux power-trio Toybloïd dans la superbe salle du Magic Mirror pour un set des plus électrique, le groupe ayant joué la carte de la nouveauté avec des titres leur EP From Scratch(2013) tels que Stuck In The Boring City, Ttturn Me On ou encore Play The Game. D’autres plus récents encore ont également fait leur apparition dans la setlist, permettant au groupe de les tester sur ce nouveau public un peu lent à se mettre dans l’ambiance. Autant vous dire que le groupe a décidé d’accentuer son set sur la découverte plutôt que de se reposer sur ses lauriers. On dénotera tout de même l’absence de l’excellent Girls On The Picture qui a quelque peu manqué à leur set qui nous a parût vraiment trop court. Nous ne nous priverons donc pas de retourner à l’un de leur concert dès que possible.

P1190272

C’était sans compter sur les toulousains de Kid Wise qui nous ont bluffé avec un set mélangeant les genres musicaux, nous rappelant parfois System Of A Down alors que d’autres mélodies vont se faire plus pop/rock. Un violon quant à lui apporte sa véritable originalité à ce groupe dont nous ne pourront rien reprocher scéniquement et qui a su attirer notre attention pour nous étonner, le public n’étant pas en reste lui non plus, prouvant sa réceptivité rapidement.

Et si nous étions venus pour les artistes précédents nous ne pouvions passer à côté de la présence des anglais de Jim Jones Revue mais surtout des Babyshambles, groupe des plus attendu en ce samedi 29 Mars, car oui, Pete Doherty n’a pas annulé un énième concert et s’est bien produit au Chorus pour un véritable show à écouter à l’intérieur comme à l’extérieur.

 

 

Dimanche 30 Mars :

Notre Dimanche s’est ouvert quant à lui sur un début d’après-midi plus détendu avec les Wackids, plus connus sous leur seconde formation The Wackies. Originaires de la région bordelaise, ce trio nous a offert un véritable spectacles pour petits et grands à l’intérieur du Magic Mirror en nous proposant de nombreux classiques rock dont on retiendra les Beatles, The Rolling Stones, AC/DC ou encore Ray Charles,… faisant régulièrement participer le public, le tout avec un humour savamment dosé.

P1190342

Aux alentours de 18h30 nous nous sommes rendus en ce même lieu histoire de nous imprégner de l’univers des anglais de Findlay dont nous n’étions pas familiers, et qui pourtant nous ont impressionné dès le premier titre, la voix de la jeune chanteuse ne nous laissant pas en reste, nous rappelant parfois même Alex Hepburn ou Micky Green. Les morceaux quant à eux oscillent entre les genres, proposant tout aussi bien des rythmiques similaires à celles des Kills, détonnant un rock décapent alors que l’une des chansons nous a remémoré les années folles en raison du débit de paroles de la chanteuse.

P1190350

A peine sommes nous sortis du Magic Mirror qu’une foule s’offre à nous, entassée sous le dôme. Au premier abord on se demande s’ils s’agit de fans de Skip The Use venus en masse pour soutenir le groupe mais on se rendra rapidement compte que la plupart sont là pour Milky Chance. Le Duo originaire de Kassel en Allemagne faisant le buzz sur internet n’a pas démordu à sa réputation. En effet Clemens et Philip ont livré un set édulcoré porté par les acclamations du public venu spécialement les voir (des pancartes d’encouragement faisant leurs apparitions de temps à autres dans parmi les spectateurs).

Nouveau changement de scène pour retrouver les lillois de Rocky, que nous attendions avec impatience en ce dimanche 30 Mars. Mais Milky Chance ayant décidé d’offrir un morceau supplémentaire au Chorus, c’est sous un Magic Mirror quasiment vide qu’a été lancé l’introduction de leur set, causant une énorme frayeur de notre côté. Heureusement pour eux, la masse s’est précipitée dans la salle dès la dernière note de Milky Chance, permettant à Rocky de lancer sa déferlante électronique et dansante. Les titres se succèdent de façon dynamique sans oublier leur single Chase The Cool, amenant le public vers des contrées plus exotiques.

Mais ce tournant électronique n’aura été que de courte durée, les américains The Bellrays relançant un set des plus électrique sous le Dôme, nous mettant en jambes pour Kid Karaté et Skip The Use qui suivront. A noter que ce groupe est loin d’être à ses premiers essais puisqu’il a été fondé au début des années 90 par la chanteuse Lisa Kekaula et le guitariste Robert Vennum. C’est donc des mélodies virulentes et dansantes qui nous auront impressionnées du début à la fin, Lisa détonnant ses paroles d’une voix qui nous fera parfois penser à celle d’Aretha Franklin.

Nous clôturerons notre soirée avec les ronchinois de Skip The Use venus présenter leur nouvel album Little Armageddon, et qui, une fois encore  auront su satisfaire leur public quelque soit les morceaux. Et malgré leur renommée croissante, nos nordistes n’ont en rien changé, restant fidèles à eux-mêmes, Mat Bastard n’hésitant pas à faire monter une enfant sur scène offrant un moment touchant et imprévu. On retiendra aussi l’émotion se dégageant du titre Etre Heureux, prenant encore plus d’ampleur dans sa version live.

P1190508

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s