Folly and the Hunter : Un inconfort chaleureux

Le groupe québécois Folly and the Hunter lance aujourd’hui leur deuxième album folk-pop Tragic Care (paru en 2013) et se produiront pour la première fois, et ce gratuitement, le 26 mai à Paris.

Quand un projet musical prend fin, c’est triste ou inévitable. Mais quand deux projets disparaissent en même temps, ça peut mener à une belle aventure… Folly and the Hunter est né d’une rencontre fortuite. Elle aurait pu ne jamais se produire. Après la fin de leurs groupes indie-rock pas très sérieux, trois musiciens ont eu un coup de foudre professionnel dans le milieu musical du quartier du Mile-End à Montréal. Nick Vallée, Laurie-Anne Torres et Christopher Fox ont rapidement commencé à jammer au studio d’enregistrement du dernier. Le reste a suivi très naturellement…

Folly11

Les membres du groupe viennent d’horizons différents et chacun a des goûts musicaux éclectiques. Ils écoutent du classic rock, du post-rock et bien sûr du folk, mais ils pensent qu’ils se complètent musicalement. Nick Vallée (chanteur et parolier) est originaire de Vancouver et Christopher Fox vient du Sussex en Angleterre. Phil Creamer et Laurie Torres sont natifs de Montréal. Multi-instrumentistes, ils se sont entendus pour créer ensemble. À leur actif, ils ont deux albums complètement à l’opposé l’un de l’autre.

Le premier date de 2011 et s’appelle Residents. Il est très folk américain, plus rythmé et plus en simplicité que le second. Il est réalisé par Christopher Fox. Le groupe The Barr Brothers a apporté un grand support en leur prêtant leurs instruments en échange d’une participation à l’album.

a4050879387_10

Quant à Tragic Care, l’album est sorti chez Outside Music en 2013. Une campagne de financement auprès des fans via Indiegogo a permis de payer les coûts de production. Pour la réalisation, Folly and the Hutner ont fait appel à Jace Lasek de Besnard Lakes (signé sur le même label) et Dave Smith. Ils ont enregistré et mixé en 12 jours au célèbre studio Breakglass de Montréal. On note aussi que les pistes ont été masterisées par Ryan Morey (Arcade Fire, Half Moon Run, The Barr Brothers).

La création de Tragic Care a été traversée par une période de remises en question de certains membres et le deuil d’un proche. Au moment de l’enregistrement, le groupe a eu plus de recul par rapport à ces événements. On s’en doute, la musique et les textes sont plus introspectifs, à fleur de peau, sans être déprimants et plaintifs façon Bon Iver.

Le titre de l’album résume très bien l’ensemble. On y parle de relations mauvaises pour soi ou toxiques auxquelles on s’accroche, de peines d’amour, de l’absurdité de chercher le bonheur dans ce qui ne nous convient pas. Un fort malaise se ressent dans les paroles. Les arrangements orchestraux sont variés et bien trouvés pour que les textes et les chœurs fassent du bien et non du mal. C’est beau, pas douloureux à l’extrême. On pourrait qualifier l’ambiance de nordique chaleureuse. La texture sonore est ronde, enveloppante, avec de la réverbération. À l’instar de la richesse sonore de Half Moon Run et de Patrick Watson, ces compositions sont réconfortantes et sensibles.

Quelques chansons attirent l’attention dès les premières écoutes. On pense à la montée en puissance du piano de Watch For Deer At Dawn, la torturée How It Came Down et la sublime Whatever We Can Make. Cette dernière fait un peu penser à la progression délicate et atmosphérique d’une de leurs influences, Sigur Rós, mais si l’on est loin de l’instrumentation lente du post-rock.

Pour ce qui est des concerts, dans le passé, le groupe a performé à South by Southwest, M pour Montréal et a partagé la scène avec des groupes en vogue comme Half Moon Run, Elephant Stone, Aidan Knight ou encore Groenland. Leur musique se retrouve sur quelques bandes-originales de séries et d’émissions télé telles Awkward, Degrassi, Cracked, Being Farrah.

En ce moment, Folly and the Hunter sont en tournée européenne. Détrompez-vous, ce n’est pas leur premier passage en Europe, car ils ont déjà joué l’année dernière en Espagne et en Allemagne, dont quelques dates en première partie d’Half Moon Run. Avec l’immense succès de ces derniers, c’était une excellente locomotive. Le 26 mai prochain, ils fouleront les planches du Pop-Up Du Label à Paris. La première partie est assurée par David Simard, un chanteur folk jouant les crooners, vivant entre Montréal et la Colombie-Britannique.

Tragic Care est désormais en vente en Europe et l’est depuis 2013 au Québec.

Les prochaines dates du groupe :
20 mai 2014 : Dachboden – Chemnitz, Allemagne
21 mai 2014 : MUZclub – Nuremberg, Allemagne
23 mai 2014 : Theatron Festival – Munich, Allemagne
26 mai 2014 : avec David Simard (Le Bateau) – Pop-Up Du Label – Paris
21 juin 2014 : Festival Artefact – Valleyfield, Québec

http://www.follyandthehunter.com/wordpress/

http://follyandthehunter.bandcamp.com/

http://www.davidismard.ca

http://davidsimard.bandcamp.com/

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s