Jour 7 du festival de Jazz de Montréal : Le plein de belles découvertes

19h – Katy Guillen & The Girls :

Katy Guillen & The Girls sont de passage pour la première fois à Montréal. C’est trois jeunes femmes de Kansas City, les cheveux dans les yeux, avec de l’attitude. Elles livrent un blues-rock très sympa, bien maitrisé. Il y a Katy Guillen au chant et à la guitare, Claire Adams à la basse et aux chœurs, Stephanie Williams à la batterie. Katy Guillen a comme influence des gens comme Jimi Hendrix, Stevie Ray Vaughn, Santana et John Lee Hooker. Elles sortent un nouvel album en septembre.

20h – The Hot Sardines :

 

P1080730hotsardines

On est transporté à l’époque du hot jazz et des cabarets avec les New-Yorkais The Hot Sardines ! Quant aux chansons plus lentes, elles sont langoureuses ou ont des influences de chanson française. Ils ont l’air d’être sorti tout droit des années 30-40 avec leurs costumes, le pianiste à chapeau haut de forme (Evan « Bibs » Palazzo), leur danseur de claquettes (Fast Eddy Francisco), leurs instruments typiquement jazz (comme de la planche à laver), leur musique colorée, etc. Elizabeth Bougerol nous impressionne par son accent lorsqu’elle dit quelques mots en Français et qu’elle chante deux fois en Français, mais c’est parce qu’elle est née et a grandi à Paris !

21h –The London Souls :

On a notre dose de rock and roll avec ce groupe new-yorkais fondé en 2008 et aussi pour la première fois à Montréal. Si on aime les Black Keys, les White Stripes ou des groupes anglais comme les Arctic Monkeys, on va adorer. La foule en redemande. Le son est sale, un peu rétro, aux influences anglaises (par exemple Led Zeppelin) et avec de super solos.

22h – Sandra Nkaké

P1090119sandra

C’est génial ! Ce concert s’est avéré être une claque ! C’est une Janelle Monáe Française ! Excepté la musique, tout y est ou presque ! Habillée en veston, un petit afro, théâtralité (Sandra Nkaké est aussi actrice), petites chorégraphies, énergie à revendre, une belle voix profonde… La Franco-Camerounaise nous présente les chansons de son deuxième album Nothing for granted (2012) remplis d’histoires sur divers personnages différents et libres. La musique est riche musicalement et part dans tous les sens (pop, soul, trip-hop, etc.). Aussi, on a jamais vu un flutiste (et producteur… Jî Drû) aussi cool, bravo !!

 

Toutes nos photos à venir sur Flickr !

Plus de détails sur le Festival de Jazz : http://www.montrealjazzfest.com/default-fr.aspx

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s