Festi’Vaux Jour 2 : A la découverte d’Öslo

Le Festi’Vaux accueillait Öslo et Puggy !

Festivaux une

Le temps à beau n’en faire qu’à sa tête, oscillant entre averses et soleil de plomb en l’espace d’une journée, le Festi’Vaux de Vaux Sur Mer nous propose trois jours de concerts entièrement gratuits les 5, 6 et 7 Août. Et si la veille Jr Yellam et Luciano ouvraient les festivités, aujourd’hui c’est au tour d’Öslo et Puggy de prendre place sur scène.

A peine les premiers accords tombés que l’on détourne toute notre attention sur Öslo, groupe originaire de La Rochelle qui a vu le jour courant 2013 et doit sa présence au Festi’Vaux grâce à un tremplin organisé quelques mois plus tôt dont ils sont sortis vainqueurs. D’ailleurs, nous ne les sous-estimerons pas, le quintet ayant eu l’occasion de partager la scène avec Griefjoy, Coming Soon, Pins ou encore Coulours in the Street. Ils ont également participé au Chantier des Francos de La Rochelle dont nous vous avions déjà parlé ici. Guitares claires et profondes nous transportent immédiatement au creux de leur univers teinté d’une pop synthétique des plus appréciables. Et si certains les considèrent comme un ersatz de Two Door Cinéma Club les influences britanniques étant belles et bien présentes dans leurs morceaux, nous ne sommes pas de cet avis, le groupe parvenant à nous proposer des titres à la hauteur de nos espérances. On retrouvera bien évidemment quelques titres de leur premier EP As a Bolt from the Blue tout comme d’autres encore méconnus de nos oreilles mais qui nous transportent tout autant, le groupe n’hésitant pas à user d’instruments originaux, leur énergie débordant alors que la timidité les avaient vu monter sur scènes quelques titres auparavant. C’est donc un Öslo en très grande forme que nous avons la chance de voir ce soir, le quintet se donnant au maximum tout au long de leur set. A noter que le groupe se produira également samedi 9 Août au Rock’M’Fest de Medis.

P1230424

Öslo au Festi’Vaux le 6 Août 2014

 

Un peu plus de quatre ans se sont écoulés depuis notre découverte en live des belges de Puggy en terre rochelaise durant les Francofolies, le groupe étant venu défendre les couleurs de son EP, Teaser avant la sortie de leur second album qui leur vaudra un franc succès, Something You Might Like que nous avions su apprécier à sa juste valeur à l’époque.

Aujourd’hui le groupe mené par Mattew Irons à la guitare et aux claviers a parcouru un bout de chemin, se produisant dorénavant en tête d’affiche, prêt à nous transporter dans leur univers avec les titres de leur dernier album en date To Win The World (2013). C’est d’ailleurs Stop Me qui ouvrira le bal avant que des titres plus anciens ne prennent la relève comme l’excellent Goddess Gladys dont on ne se lasse toujours pas. Cependant, il nous faudra peu de temps avant de comprendre que les fans de la première heure se font des plus rares, les titres n’étant pas repris en chœur comme nous l’aurions souhaité mais qu’importe, Puggy fait le show et c’est le principal. A peine le temps pour nous de nous éloigner de la scène histoire d’avoir une vue d’ensemble que résonne déjà How I Needed You, qui, s’il est l’un des premiers succès du groupe restera surtout ancré dans nos esprits comme l’un des plus beaux et des plus forts de la discographie de nos amis belges. On profite alors de cet agréable moment d’intimité, la voix de Mattew livrant une superbe performance qu’on ne voudrait jamais voir s’arrêter, bien dans la bulle qu’ils ont créé.

P1230512

Mattew Irons, chanteur de Puggy au Festi’Vaux le 6 Août 2014

Et puis, les titres s’enchaînent, oscillant entre les deuxièmes et troisièmes album, When You Know arrivant presque trop vite. Autour de nous l’engouement se fait ressentir sur ce qui est leur réel premier succès, et pourtant, alors que le chanteur nous demande de reprendre le refrain seuls, c’est le drame ! Hormis les «when you know» les paroles sont donc à la révision. Incompréhensifs face à la situation c’est la bonne humeur de Mattew et son humour qui nous ferons reprendre le fil du set sur un bon pied. Derrière sa batterie, Egil alias Ziggy se déchaîne pour notre plus grand plaisir, Romain, le bassiste ainsi que le chanteur venant à sa rencontre pour un moment de complicité. Enfin la foule commence à se mouvoir, Goes Like This – Tiens donc, encore un single ! – laissant entrevoir les «fans» de la dernière heure, et ce jusqu’à la fin du set, Teaser clôturant la soirée dans un soudaine élan de folie.

Et pendant qu’on vous laisse à la lecture de ce report, nous nous remettons en chemin pour le troisième et dernier jour du festival afin d’aller à la découverte de Les Rousses de S’cours qui ouvrent pour Jean-Louis Murat &  The Delano Orchestra.

Retrouvez les photos de cette deuxième soirée sur notre Flickr !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s