[Live Report] Main Square Festival 2014, un grand cru!

Un mois après l’édition 2014 du Main Square Festival, l’heure est au bilan

10592538_10204786423399884_690711165_n

Il y a un mois a eu lieu un événement maintenant incontournable du Nord-Pas-De-Calais: le Main Square Festival. Cette année encore l’affiche était très alléchante et le festival arrageois a tenu ses promesses.

Le festival a commencé le jeudi 03 juillet 2014 sur la Main Stage avec Ghost, Mastodon, Alice In Chains et Iron Maiden pour une journée placée sous le signe du métal. Nous avons cependant manquée cette journée. Commençons donc avec cette deuxième journée du festival avec l’ouverture de la Green Room.

Vendredi 04 Juillet 2014:

Desert Pocket Mouse (Green Room):

IMG_20140812_125536

Ce sont les Desert Pocket Mouse (que nous ne vous présentons plus!) qui ont ouvert le bal sur la Green Room. Un accueil chaleureux leur est réservé. Maxime et Stéphane s’amusent et interagissent avec la foule qui, dès leur arrivée sur scène, s’est amassée devant les barrières. Stéphane n’hésite pas à descendre de l’immense scène pour aller jouer à hauteur du public. Pari réussi pour le duo nordiste et gagnant du tremplin du Main Square Festival.

Rencontrés, par hasard, le lendemain, les DPM nous racontent cette expérience:

Les Insouciants: Comment c’était hier?

Stéphane: C’était, à peu près gé-niallissime! C’était incroyable! Génial, génial!

C’est vrai qu’en comparaison avec d’autres années la Green Room était bien pleine de monde pour vous.

Stéphane: C’était impressionnant. Quand on est monté sur scène et qu’on a vu tout le monde se lever vers nous, on a eu une espèce de vague de joie, d’extase…

Maxime: … Ouais je pense qu’on a réussi à accrocher les gens et à ce qu’ils ne partent pas tout de suite.

Stéphane: Ouais, c’était cool aussi, car les gens dans un festival comme ça si tu lasses les gens, en 5 minutes ils se barrent quoi.

Effectivement on a eu pas mal de bons retours. Et même quand nous regardions les gens autour de nous, il y avait pas mal de gens, qui à la base viennent pour des grosses têtes d’affiches et qui…

Stéphane: … Ouais qui avait l’air content de notre prestation. Et puis après, on a eu des retours dans le public. Quand on se balladait pour voir les différents concerts, il y a des gens qui nous arretaient et qui nous disaient: « Vraiment les gars c’était cool! » et qui nous prenaient en photo. C’était vraiment chouette quoi.

Et vous avez signé des trucs?!

Maxime: Ouais ouais

Stéphane: Ouais, on a signé des autographes, on a dédicacé des CD!

Non mais… le Main Square Festival quoi les gars!

Stéphane: Oui, on a encore du mal à réaliser. Hier, quand on est rentré dans l’enceinte vide de la Citadelle, on s’est dit: « Sérieux on joue là quoi! ».

En plus, vous avez ouvert la Green Room!

Stéphane: Ouais on était les premiers à jouer. C’était un putain de privilège!

Et vous connaissez les autres lauréats du tremplin (Ndlr: à savoir Anorexic Sumotori et Pink Falda)?

Stéphane: Assez bien, on commence à avoir des partenariats avec eux. Par exemple, la semaine prochaine (Ndlr: à Le Quesnoy) on va joué avec ceux qui ont joué aujourd’hui: Anorexic Sumotori. Et Pink Falda on fait la fête avec eux, ils veulent qu’on campe avec eux ce soir!

Et vous avez rencontré des artistes en coulisse? 

Stéphane: Ouais on a rencontré plein de monde, ouais. On a rencontré The Black Keys, Franz Ferdinand. On a rencontré Triggerfinger, on a rencontré Twenty One Pilots

Maxime: Enfin « on a rencontré »…

Stéphane: On les a croisé quoi! Ouais ils nous ont pas dit: « Eh on adore ce que vous faites les Desert Pocket Mouse. On vous connait grave, on vient aussi de Lens! ». Il y a un artiste qui nous a dit: « Ah désolé, je ne vous connais pas », on lui a dit: « Ouais mais c’est normal! Juste on est personne, donc c’est normal que tu nous ne connaisses pas! ». Mais ils étaient tous ultra-gentils. Par exemple, Franz Ferdinand on a halluciné. On les a croisé devant leur loges et on a leur juste dit: « Ouais bah désole de vous emmerder », parce que, tu sais, ils préparent un show. Quand t’as des groupies ça doit être casse-couille, mais si même les artistes sont des groupies…! On leur a juste dit « Bah désolé de vous déranger, mais on est juste fan de ce que vous faites » et ils étaient là: « Ah, vraiment, merci, c’est trop cool ».

Maxime: Et puis quand tu viens en tant qu’artiste, c’est pas pareil que quand tu viens en tant que fan. On leur a parler d’égal à égal.

Et du coup, vous cherchez vraiment à percer, ou vous le faites à la cool en voyant ce qu’il va arriver?

Stéphane: On fait ça à la cool, on voit ce qui arrive. Mais on essaye vraiment de devenir de plus en plus pros. Et là le Main Square Festival ça nous a vraiment permis d’être plus pros qu’on ne l’était avant. Si on compare les concerts qu’on faisait en septembre dernier à ce qu’on a fait là, bon déjà c’est une autre scène, c’est un autre public c’est déjà ouf, mais on a aussi des heures et des heures de travail derrière, et on essaye justement de continuer dans cette direction là pour après peut-être dégoter un ingénieur son, des tourneurs, des mecs qui vont nous mener sur la voix pour être un vrai groupe. Que cela arrive ou pas, ça l’avenir nous le dira.

Merci les DPM!

Propos recueillis par Martin Vienne

Imagine Dragons (Main Stage):

10589801_10204786420759818_1343460671_n Nous retrouvons ensuite Imagine Dragons sur la Main Stage. La formation originaire de Las Vegas transmet une énergie incroyable. Dan Reynolds, accroché à son micro, arpente la scène de long en large et n’en finit pas d’enthousiasmer le public qui se fait de plus en plus dense sur le sol boueux de la Citadelle. Un bon coup de fouet qui nous fait beaucoup de bien. Chapeau bas Imagine Dragons!

Franz Ferdinand (Main Stage):

1474026_10204786421359833_41216610_n Généreux. Généreux, c’est le mot que l’on retient face à la prestation de ce groupe légendaire qui donnent tout pour le public nordiste. Leur bonne humeur est communicative. Une musique percutante et énergique, des mélodies imparables, voilà le secret de Franz Ferdinand!

– The Black Keys (Main Stage):

10592394_10204786421759843_12434975_n Le duo The Black Keys, composé de Dan Auerbach et de Patrick Carney, prend place sur scène. Le groupe phare du rock des années 2000 propose un son brut, à l’opposé du gros son technologique de la pop R&B du moment. Sur la scène principale de la Citadelle, les chansons joués sur des guitares hors d’âges reçoivent un très bon accueil.

Woodkid (Green Room):

10592399_10204786421199829_901345049_n

Mythique. Woodkid, que nous retrouvons (étonnamment) sur la Green Room, se place bien parmi les plus grands de ce cru 2014. Yoann Lemoine propose un show graphique et romancé. Les jeux de lumières sont époustouflant, et Yoann au milieu ne lâche pas son micro dans lequel il chante, de sa voix si particulière, les paroles des chansons de son album: The Golden Age.

Skrillex (Main Stage):

10589528_10204786423119877_664194891_n Enfin, pour clôturer cette journée, Skrillex a posé son vaisseau sur la Main Stage! C’est parti pour plus d’une heure de gros son, accompagnée d’un arsenal d’effets spéciaux: canons à flammes, lasers… Skrillex est fort, très fort. Le son est au maximum. Certains partent, les mains sur les oreilles. Nous restons: tant pis pour nos tympans mais c’est trop bon!

Samedi 05 Juillet 2014

MGMT (Main Stage):

10581332_10204786422999874_228285270_n De retour à la Citadelle, nous venons directement sur la Main Stage, où MGMT est en train de jouer. MGMT, ou quand l’electro et le rock psychédélique se rencontrent, envoûte le public. Un côté vintage se répand dans l’enceinte du festival. Ce groupe frais nous partage généreusement ses pop songs modernes.

Jack Johnson (Main Stage):

10589907_10204786422319857_686340798_n S’en suit: Jack Johnson. Des vibrations marines et des chansons boisées viennent apaiser le public qui ne désemplit pas. Ce vent calme, et toutefois accompagné d’un soleil: le sourire de Jack Johnson. Ne lâche pas ta guitare! Ou alors, juste pour nous serrer dans tes bras!

Stromae (Main Stage):

11 C’est au tour du mastodonte belge Stromae de faire trembler le Main Square. Stromae sait y faire. Son show bien rodé touche toute les générations. Paul Van Haver « s’amuse » notamment de la défaite de la France et de la Belgique pendant la Coupe du Monde. Les chansons engagés et souvent graves ancrées, toutefois, dans une musique lourde, festive et puissante, n’en finissent pas d’épater. Celui dont la chanson a été désignée comme hymne officiel belge pour la coupe du monde (Ta Fête) et qui n’a pas porté chance aux Diables Rouges, a cependant remporté une victoire. Stromae a en effet battu le record d’affluence grâce à son show: plus de 40 000 personnes étaient présentes devant lui!

Foals (Green Room):

12 De retour sur la Green Room où nous retrouvons Foals. Leur rock coloré plaît. Les Foals, grâce à leurs chansons sexy, mélodiques et dansantes, enchantent, en effet, le public du Main Square Festival.

Disclosure (Green Room):

10595777_10204786423679891_14535239_nC’est Disclosure qui referme cette journée éprouvante. Nos jambes ne tenant plus, nous prenons quelques photos et allons nous asseoir dans l’herbe. Nous profitons tout de même de ce duo de frères (Guy et Howard Lawrence) qui fait danser les personnes qui tiennent encore sur leur jambes (beaucoup, croyez nous!). La soirée se termine en beauté avec de la musique electro pop enchanteresse.

Dimanche 06 Juillet 2014

The Parov Stelar Band (Main Stage):

10596189_10204786423799894_231212280_n Dernier jour, qui commence, pour notre part, par The Parov Stelar Band. Le DJ Parov Stelar de son vrai nom: Marcus Füderer, accompagné de ses musiciens et de sa vocaliste pétillante: Cleo Panther, ravit le public arrageois. Les cuivres apportent une touche organique, et la chanteuse, qui se ballade de musiciens en musiciens apporte elle aussi une autre dimension au travail du DJ.

Détroit (Main Stage):

10579064_10204786424239905_147955796_n Détroit s’empare ensuite de la scène principale. Bertrand Cantat, flanqué de sa guitare, offre aux festivaliers un moment intense. Avec son acolyte Pascal Humbert, ils réussissent à travers un rock décharné, dense et rural à faire tomber dans leurs filées les personnes présentes pour les écouter.

London Grammar (Green Room):

10595892_10204786424919922_1976787662_n Un petit tour vers ce qui sera notre dernier passage sur la Green Room pour London Grammar. Simple et efficace, le trio londonien conquit par ces pop songs classiques aux mélodies mélancoliques, et aux arrangements raffinés. Les London Grammar offrent un moment suspendu, une parenthèse élégante.

–  -M- (Main Stage):

10573354_10204786424679916_919708859_n -M- vient ensuite mettre le feu à la Main Stage. Caché derrière ses lunettes en M, il revient à ses premiers amours! En effet, c’est la deuxième fois que Matthieu Chedid foule la scène du festival arrageois. Connu pour transporter les foules, -M- remporte une fois de plus son pari en apportant au Main Square Festival une ambiance électrique!

David Guetta (Main Stage):

10564820_10204786425159928_1675067036_n Pour finir le géant, l’artiste français le plus populaire de la planète, David Guetta vient enflammé de plus belle le public, on ne peut plus nombreux, présent ce soir là. « Why does it feel so good, so good to be bad! ». Les effets pyrotechniques sont époustouflants. Le public est à fond, nous aussi. Quelle belle façon de terminer ce festival incroyable!

Martin Vienne

Toutes les photos du festival disponibles sur notre Flickr: 

https://www.flickr.com/photos/114658398@N06/sets/72157646057333700/

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s