[Release Party] Dirty Work of Soul Brothers

Les Dirty Work of Soul Brothers transforment la Machine à Vapeur en Release Party !

Dirty ban

Nous avions rendez-vous le 31 Octobre à la Machine à Vapeur, non pas pour une soirée zombiesque -nous attendrons la Zombie RockerZ Party pour cela – mais pour la Release Party des Dirty Work of Soul Brothers à l’occasion de la sortie de leur premier album Electric Working.

© Elise Verger / Les Insouciants

© Elise Verger / Les Insouciants

Annoncée comme une soirée avec de nombreuses surprises et à leur image, le trio nous met en jambe en nous révélant en exclusivité son prochain clip, Head, co-réalisé avec What Comes Around Goes Around, nous faisant pénétrer dans un univers de danse contemporaine en compagnie de Coralie Leblan – déjà présente dans le clip White réalisé par Bruno Berard Bergery & RJ Henry (Noctura). Dès les premières images l’impression d’entrée dans un rêve s’impose, et nous ne pourrons que souligner la beauté de certains plans, se calquant parfaitement avec la musique.

 Découvrez le clip de Head : 

 

Mais évidemment, une Release Party sans concert n’est pas une bonne Release alors c’est avec plaisir que les trois compères ont retrouvé la scène pour un set endiablé, après nous avoir diffusé quelques images sur la conception de leur album, les rires se rependent dans la Machine à Vapeur, les Dirty Work of Soul Brothers n’ayant pas lésiné sur la touche humoristique que l’on retrouvera d’ailleurs tout au long de la soirée, et notamment à l’annonce de Head, ajoutant que le public l’aura « peut-être simplement déjà entendu deux fois » en raison du clip diffusé plus tôt dans la soirée. On poursuit avec Down, issu de leur premier EP Dirty Work of Soul Brothers (2012) avant qu’ils n’enchaînent sur d’autres titres, demandant au public s’il veut « vraiment danser« , les premiers rangs se prêtant au jeu alors qu’un peu plus loin, la foule compact en raison du lieu reste plus statique. A plusieurs reprises, Romain, au chant et clavier retrouvera son premier amour, la batterie, puisqu’il jouera des percussions, ajoutant une rythmique plus prononcés à leurs morceaux. Nous aurons également l’occasion de découvrir comme il se doit les talents de batteur, Fred, grâce à un long solo durant lequel le public n’hésitera pas à taper dans les mains en renfort des percussions.

DWOSB release

© Elise Verger / Les Insouciants

Quant aux problèmes techniques, les Dirty Work of Soul Brothers n’en ont pas peur, essayant de meubler un souci de batterie avec des blagues avant de remercier « Rambo à la batterie« , poursuivant avec Are You et ses synthés sautillant sur des rythmes énergiques. Les minutes défilent sans que l’on ne parvienne plus à comprendre où nous nous trouvons, confinés dans l’atmosphère sombre et électrique de la Machine à Vapeur qui n’en peut plus de se défouler sur les airs du trio. Un instant, la chaleur retombe avec Drop Dead Gorgeous, annoncée comme « plus calme » alors que la foule, elle, ne « veut pas se calmer« . On se laisse alors bercer par les claviers qui ne seront pas sans nous rappeler The House of the Rising Sun (The Animals). S’en suit White et son refrain accrocheur présent sur le premier EP mais que vous pourrez aussi retrouver sur l’album, avant que le set ne prenne fin avec Run Run, le concepteur de l’artwork, Raphaël Mateos les rejoignant alors sur scène à la harpe.

 

© Elise Verger / Les Insouciants

© Elise Verger / Les Insouciants

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s