[Live-Report] Soirée Pression Live @ Flèche d’Or

Retour sur la soirée donnée à la Flèche d’Or le 27 octobre dernier ! 

Swim Deep

Swim Deep

Ce soir-là, Pression Live investit la Flèche d’Or pour une soirée entre découvertes françaises et tête d’affiche anglaise. Swim Deep vient de publier leur second album Mothers : c’était l’occasion de les voir sur scène pour leur seule date française. S’ajoute alors deux groupes hexagonaux en guise de premières parties prometteuses : Her Magic Wand et ATOM. Les Insouciants étaient présents à cette soirée, et on vous raconte tout !

ATOM

ATOM

ATOM ouvre la soirée, sur une note dynamique. Les bordelais, gagnants du tremplin Talents du Live, ont la lourde tâche de séduire le public, la plupart venu pour Swim Deep. On y croise un public homogène et varié, des fans du groupe britannique aux étrangers ayant fait le déplacement pour le concert, en passant par les curieux. Le groupe occupe les 30 minutes avec un set teinté de rock électrique, sombre et envoûtant, et on sent vite une belle « communion » entre la formation et le public, basée sur la complicité et le fun.

Her Magic Wand

Her Magic Wand

Puis c’est au tour de Her Magic Wand de prendre possession de la scène avec un rock électro aux accents psychédéliques, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Le set est certes de bonne facture et malheureusement envoyé trop rapidement. Et on s’ennuie très vite, attendant avec impatience la tête d’affiche de la soirée.

Swim Deep

Swim Deep

Pour clôturer, les tant attendus Swim Deep s’installent sur scène et lancent le live avec un Namaste endiablé et rétro qui met tout le monde d’accord. L’alchimie entre les anglais et le public (notamment le premier rang) se fait facilement, même si dans l’ensemble, l’ambiance peine à décoller. Le set est constitué d’un mélange des deux albums, passant de la pop calme et romantique – Honey ou Red Lips – à des morceaux plus dansants et psychédéliques – le retentissant Fueiho Boogie ou One Great Song (And I Can Change The World) – ou chacun trouve son compte. Ca chante les refrains de King City ou To My Brother, ça bouge sur les airs envahissants de Francisco. Les britanniques remplissent leur mission, sans filatures, tout en possédant une belle énergie. La formation se retire au bout d’une petite heure de live : on en sort heureux et sans regrets.

Retrouvez les photos de la soirée sur Flickr

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s