[Live Report] Le Gibus en émoi avec Manu et Supervision 3.

Supervision 3. et Manu envoûtent le Gibus !

Supervision 3. @ Le Gibus

Supervision 3. @ Le Gibus

Les Insouciants se sont rendus au Gibus pour la Release Party de Manu dont le troisième album solo, La Vérité sortait en ce 4 Décembre.

Marraine du projet qu’elle avait déjà soutenu un an plus tôt lors de l’édition 2014 des Rockeurs ont du Coeur (Nantes), Manu a de nouveau invité Supervision 3. à partager la scène à ses côtés, le groupe ayant été choisi pour assurer la première partie. Et s’il y a un peu moins d’un an, le groupe s’était dévoilé sous une formule semi-électrique, aujourd’hui, ils nous reviennent avec un set entièrement électrique.

La soirée s’ouvre sur un instrumental intitulé Prince Louis avant de se poursuivre avec Innocence, qui avait notamment été révélé l’année passée, tout comme Enemies, qui sera également jouée un peu plus tard au cours du set. Et si nous avions su les apprécier dans leur version électro-acoustique, inutile de préciser qu’après de longs mois de répétitions, tous deux ont largement eu le temps de mûrir, cheminant jusqu’à former un bel ensemble entre instruments et voix, la batterie de Cathy Gerber apportant un vrai plus au tout. Encore marqués par les événements récents, et la place de la République n’étant qu’à quelques pas de la salle, Supervision 3. profite d’un intermède pour dédier le titre suivant, Tears, aux victimes des attentats du 13 Novembre dernier avant que ne résonne une guitare en arpège digne d’un Behind Blue Eyes de The Who et une ligne de basse qui n’est pas sans nous rappeler ce que produit Noel Gallagher en solo. On se laisse alors transporter au gré des paroles poignantes et mélancoliques, la voix de Steve se voyant soutenir par une instrumentation douce.

Et comme mentionnez lors de notre interview avec Steve (Stephen Fozard) et Boris Jardel il y a un peu moins d’un mois, Steve cède la place au chant à Boris pour un Delusion remis au goût du jour et n’ayant plus rien à voir avec la démo initiale datant de bien des années plus tôt. En guise de rappel, Supervision 3. invite Manu à les rejoindre sur scène, tout comme la fille de Boris afin  de reprendre un morceau de circonstance selon le guitariste puisqu’il s’agit de This Is The Day, titre présent sur l’album Soul Mining (1983) des anglais de The The. C’est donc sur une note festive que s’achève ce set qui, on l’espère, annonce le début d’une longue histoire, les quatre membres du groupe semblant avoir trouver la bonne formule, la complicité se dégageant d’eux leur présageant un avenir prometteur.

Manu & Laurent Duval @ Le Gibus

Manu & Laurent Duval @ Le Gibus

Avec La Vérité, Manu revient à la charge avec un album fondamentalement rock qui l’a poussé à délaisser les guitares acoustiques mises en avant sur son projet solo depuis quelques années pour reprendre ces chemins électriques, qui, nous devons l’avouer, nous avez quelques peu manqué. Immédiatement, Manu et ses compères nous remettent dans le bain avec un extrait du  nouvel opus, Un Baiser Dans Le Cou que nous avions particulièrement apprécié en version studio, les guitares s’ancrant dans nos esprits tout comme les paroles jouant sur les paronymes du mot cou. S’en suivent Encore de Moi et le premier single La Vérité qui nous transportent définitivement dans l’univers de la chanteuse, les quatre membres déchaînant leur énergie, contentant ainsi un public venu en masse.

Et parce que Manu n’oublie en rien Dolly, elle nous offre la possibilité de nous replonger à part entière dans l’album Dolly (1997), de nombreux titres ayant été programmés dans cette setlist bien fournie dont Joe, Quand l’herbe nous dévore mais aussi le plus gros succès du groupe, Je ne veux pas rester sage. Ce dernier sera d’ailleurs repris en choeur par l’intégralité de la salle, Manu laissant alors la parole au public l’espace d’un instant, une véritable communion se créant entre artistes et foule. Par la suite, Manu enchaîne en entremêlant des morceaux extraits de La Vérité à d’autres de son premier album solo, Rendez-Vous (2008) dont le titre éponyme sera d’ailleurs joué. Impossible pour nous d’oublier de mentionner l’interprétation de Teenage Kicks des Understones que nous n’aurons su nous empêcher de fredonner au gré des rythmes entraînants des guitares et de la batterie, avant que l’ambiance s’adoucisse de nouveau le temps du superbe Allée des Tilleuls qui se verra suivi par Le Paradis (La Dernière Etoile, 2013) et Des Larmes qui conclu d’ailleurs l’album La Vérité.

RETROUVEZ TOUTES NOS PHOTOS SUR FLICKR !

Le rappel s’ouvre sur une Manu seule à la guitare pour nous interpréter Tenki Ame avant que ses acolytes la rejoignent afin d’entamer une nouvelle fois Toi et Moi. Ils seront rapidement suivis par Boris Jardel, venu jouer la ligne de guitare qu’il a produit dans le cadre du solo de l’infini parut sur le site officiel de Manu il y a quelques jours.

Retrouvez Supervision 3. en concert :

08 Janvier : Le Bus Palladium, Paris + The Distance
+ Ultra Bullitt + Dead Sexy Inc

Retrouvez Manu en concert : 

10/12/15 | VANNES (56) – Jam Session (+ Scalp’n Co)
11/12/15 | NANTES (44) – Le Ferrailleur (+ Carton Rouge)
12/12/15 | LA ROCHE-SUR-YON (85) – Le Roll’in [REPORTEE EN 2016]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s