[REVIEW] SIMO, Let Love Show The Way

Écoute du deuxième album du trio de Nashville

simo

Nous avons découvert Simo il y a peu; leur blues psychédélique nous ayant tout de suite attiré, nous avions décidé de vous les présenter quelques jours avant la sortie de leur nouvel album, avec deux vidéos pour vous donner un avant-goût (c’était par ici!).

Le 29 janvier 2016 est donc sorti le deuxième album du trio, intitulé Let Love Show The Way, qui suit leur premier album éponyme sorti en novembre 2011, et un EP 4 titres live, Love Vol.1, sorti en juin 2015.
Le temps de se poser pour écouter les 13 titres qui composent cet album, on en revient avec les oreilles pleinement satisfaites! Et on va espérer vous donner l’envie de vous procurer cet album qui vaut vraiment le coup!

promostairs-940px600

Posons le décor: il faut se sentir prêt à faire un bond dans le temps, fin des années 60-années 70 plus précisément, car le son de cet album est clairement un revival du blues rock de cette époque avec Cream en fer-de-lance. D’ailleurs, il suffit juste de regarder la pochette de l’album qui nous donne déjà clairement un indice (oui, là encore, on pensera à Cream et aux dessins de la pochette de Disraeli Gears; ou bien encore à tous les posters psychédéliques de l’époque).
Ensuite, il faut savoir que Let Love Show The Way a été enregistré à la « Big House » à Macon en Géorgie (que l’on appelle aussi The Allman Brothers Band Museum), là-même où The Allman Brothers Band et leurs proches résidaient entre 1970 et 1973. Enfin, JD Simo, guitariste chanteur (vous aurez deviné, le nom du groupe est tiré de son nom) s’est même payé le luxe d’enregistrer l’intégralité des titres de Let Love Show The Way avec LA Les Paul gold top 1957 de Duane Allman.
Quand Joe Bonamassa a dit « JD Simo is one of the best out there » (« JD Simo est l’un des meilleurs » tout simplement), il ne s’est pas trompé – et en même temps, comment pourrait-on douter de ses paroles? C’est d’ailleurs lui qui les a fait découvrir à son label Mascot Records, qui a ainsi signé pour le deuxième album de Simo.

cropped_copy+SIMO+Bonnaroo+2013+Derek+Martinez

© Derek Martinez

Maître dans l’art du jam, il est aussi à noter que Simo a enregistré Let Love Show The Way dans les conditions du live (sans public) en à peine 48h, alors même que le but de sa venue à la Big House était l’enregistrement de bien d’autres titres. C’est ainsi que l’on y retrouve des titres d’une dizaine de minutes avec des solos à en rendre jaloux plus d’un, à l’image de I’d Rather Die In Vain (9:55) et Ain’t Doin’ Nothin’ (13:57).

Simo fait confiance à une formation tout  ce qu’il y a de plus classique, à savoir guitare / basse / batterie, et injecte des influences modernes dans un son classique, créant ainsi un blues rock à leur image.
Sur les 13 titres, le blues est joué, conservé, magnifié, modifié.
Let Love Show The Way s’ouvre sur une reprise d’un maître du blues, Elmore James, sur un titre intitulé Stranger Blues. Dès les premières notes, nous sommes pourtant dérouté avec une intro ressemblant très fortement aux Doors. Pourtant, on revient très vite au blues, qui s’habille ici d’une robe plus rock. A l’image aussi des trois titres suivants, Two Timin’ Woman, Can’t Say Her NameJD Simo parsème quelques petits solos de guitare rendant ce titre à la limite du hard rock, et I Lied dans un rock progressif.
Le titre suivant, Please, s’inscrit plus dans un son rythm’n’blues, beaucoup plus funky et enlevé, avec un refrain entêtant. On ralentit ensuite le rythme sur Long May You Sail, un titre qui nous a particulièrement plu et qui se termine par une longue outro instrumentale, qui donne le ton de la suite à  venir.


Retour ensuite aux racines du blues avec le bluesgrass de I’ll Always Be Around – un titre que nous vous avions déjà présenté – qui allie sensibilité et puissance. Becky’s Last Occupation nous fait penser au blues de Cream, avant de retrouver un son pur rock avec un jam qui allie jazz, classique et grunge sur I’d Rather Die In Vain.
Un petit répit acoustique vient alors apaiser notre écoute avec Today I Am Here, avant  de repartir sur le psychédélisme du titre éponyme, mais surtout les 13 minutes frénétiques de Ain’t Doing Nothing, entièrement instrumental.
On finit cet album en douceur avec la balade d’un blues sudiste Please Be With Me.

SIMO-1033x1024Tracklist de Let Love Show The Way:
01. Stranger Blues
02. Two Timin’ Woman
03. Can’t Say Her Name
04. I Lied
05. Please
06. Long May You Sail
07. I’ll Always Be Around
08. Becky’s Last Occupation
09. I’d Rather Die In Vain
10. Today I Am Here
11. Let Love Show The Way
12. Ain’t Doin’ Nothin’
13. Please Be With Me

Nous ne vous recommanderons jamais assez de mettre entre vos mains – et surtout vos oreilles – ce merveilleux album de Simo, Let Love Show The Way, qui nous permet de (re)découvrir un son blues rock plus qu’intense.

Retrouvez Simo en concert:
3 avril 2016 – La Maroquinerie, Paris (75)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s