[Review] Camp Claude – Swimming Lessons

Diane Sagnier et ses acolytes signent un premier album hautement coloré et prometteur !

Crédit photo : Céd Jereb

Crédit photo : Céd Jereb

Les beaux jours s’allongent, le printemps pointe le bout de son nez et Camp Claude a sans doute délivré la bande-son pour accompagner ces prochains mois. Teinté de nostalgie et de soleil, le premier LP du trio aux multiples origines est un véritable aquarium estival, où les amours adolescents rencontrent les mélodies fugueuses et parfois espiègles. Au départ collaborateurs pour un projet vidéo, les univers de Diane Sagnier, Leo Hellden et Mike Giffts ont fusionnés pour proposer à travers Camp Claude, une pop hédoniste et synthétique aux sonorités 80-90’s.

Artwork de "Swimming Lessons"

Artwork de « Swimming Lessons »

Les onze titres composant Swimming Lessons nous plonge alors dans une euphorie apporté par l’ambitieuse construction musicale de la photographe franco-américaine et des 2/3 de Tristesse Contemporaine. Diane, Leo et Mike définissent pour Camp Claude un son très sky wave, soit un mélange de pop, d’électro et de rock. Qu’il soit aquatique, ensoleillé, rebelle, insouciant… l’ensemble de l’album passe comme une lettre à la poste. 

On ne se lasse pas de la mélancolique Don’t Hold Back, avec ses synthés virevoltants sortis tout droit des années 80 et la voix suave et solaire de Diane. Le clip l’illustrant aurait pu avoir sa place dans Des clips et des bulles, cette émission des années 90 agissant désormais comme une madeleine de Proust. Un scénario sobre et rugueux, avec des contractions de couleurs froides/chaudes non négligeables.

Et on pourrait également exprimer notre amour pour l’ultra tubesque Golden Prize. Ça sonne comme dans les 90’s, c’est entraînant et entêtant, et très grungy. Et on ne pouvait pas rêver mieux qu’une petite vibe californienne sur le final, servi avec une vidéo en mode road trip…

« J’y parle du temps qui passe, de la rage du départ de l’adolescence, de déracinement, de ce que le cœur mature doit endurer… mais avec du recul, une douceur insatiable pour ce qui nous entoure. On ne prend pas parti, on n’impose rien, mais si on regarde bien, entre les lignes, il se dit beaucoup de choses dans ces textes. » Diane Sagnier

Le restant de l’album est une pure ode à la pop à la fois sombre et dépouillée, sur une base de machines et ordinateurs. L’évasion est de mise, entre l’aérien Disconnected ou le calme In The Middle. Côté influences, on se situe entre The Cure avec New York City, Yazoo ou Tears for Fears pour la ballade côtelée 80’s FM All This Space, ainsi que la Massive Attack-vibe Blow. La piste-titre du LP, Swimming Lessons, est vraiment énergique, nageant dans un océan pop-rock fleuri, aux sonorités mid-90’s radieuses.

Crédit photo : Céd Jereb

Crédit photo : Céd Jereb

Le premier album de Camp Claude est surtout une collection de singles, puisque nous connaissons la moitié des titres à l’aube de sa sortie il y a quelques semaines. Cependant, ce regroupement constitue un fil rouge cohérent et musicalement bien juteux : les amours et le passage de l’adolescence à l’âge adulte.

A écouter : Don’t Hold Back – Golden Prize – Disconnected – All This Space – Swimming Lessons

Retrouvez Camp Claude en concert : 

11 mai – Paris – La Maroquinerie 

20 mai – Strasbourg – La Laiterie 

21 mai – Auray – Festival Nuits Soniques

25 mai – Lyon – Ninkasi Kafé

17 juin – Marseille – Théâtre Sylvain

19 juin – Six-Fours-les-Plages – Pointu Festival

21 juillet – Rouen – Les Terrasses Du Jeudi 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s