[Interview] La Pietà « On a 30 balais. On est des vieux jeunes. Des jeunes vieux. Ca se sent sûrement. »

« Ce paradoxe entre la femme sensuelle et la femme mère, la femme putain et la femme sainte. »

Capture du clip "Il Faut" - Source : facebook.com/lapietamusic

Capture du clip « Il Faut » – Source : facebook.com/lapietamusic

La Pietà est certes une statue signée Michel-Ange, mais également un projet musical où l’électro s’expose aux textes sincères, gorgés par les expériences humaines. Entre Courtney Love, Virginie Despentes et la renaissance artistique, A l’aube de la sortie de ses premiers chapitres dans les prochaines semaines, Les Insouciants se sont entretenus avec cette créatrice derrière ce pseudo, pleine d’inspirations ! Alors qui êtes-vous, La Pietà ?

Pouvez-vous expliquer en quelques mots votre projet et sa genèse ? Pourquoi La Pietà comme nom de scène ?

La Pietà est née des cendres d’un précédent projet musical et de l’envie de tourner la page en testant un nouveau terrain de jeu qui allierait plusieurs pratiques artistiques et pleine liberté ! Le nom est venu assez naturellement en fait. Quand j’étais adolescente, je faisais des études d’art et je dessinais très souvent cette Pietà de Michel-Ange. Je suis fan d’Italie, et je suis toujours par toutes les représentations religieuses qu’elles soient. La Pietà semblait résumer tous les sujets que j’avais envie d’aborder : la féminité, la religion, la souffrance, l’humanité.

Artwork du chapitre 1 - sortie le 3 mai 2016

Artwork du chapitre 1 – sortie le 3 mai 2016

D’ailleurs, pourquoi cette image de mère douloureuse aux multiples visages ?

Au delà de la mère, c’est l’image de la femme qui m’intéressait, dans une époque qui devient finalement de plus en plus obscure pour les libertés, où les folies religieuses nous rattrapent. Je trouve intéressant que le point commun entre les religions, c’est le rapport à la femme justement. Ce paradoxe entre la femme sensuelle et la femme mère, la femme putain et la femme sainte. J’ai vécu mon enfance avec une maman seule, cela m’a sûrement marqué. Elles sont nombreuses les mamans seules, qui allient boulot, enfants, galères, amis, amours, argent. J’admire ces wonderwomen secrètes, discrètes, et incroyables. J’avais envie de les montrer.

Vos influences musicales, mais aussi cinématographiques, littéraires ?

L’influence c’est la vie en général. Depuis que je suis gamine, j’écris, depuis que je suis ado, je crie. J’ai écouté du rock autant que de la chanson française. Mon père disait de la poésie dans des bars, ma mère écrivait des cartes postales qui ressemblaient à des nouvelles, j’ai baigné dans les mots. Mon frère écoutait Motörhead à fond pendant que j’essayais de dormir, je le détestais, mais je le remercie. Je lui ai piqué ses disques de Nirvana, et ma vie en a découlé. Je suis fan de Courtney Love, j’adorais les Riot Grrl, j’adorais et j’adore les nanas qui beuglent ! Je suis fan de The Kills et Gossip maintenant, mais j’aime toujours Babes In Toyland et L7. Mais j’adore Eminem, je trouve les rappeurs bien plus vénères que les rockers maintenant, bien plus rebelles aussi. Ils ont compris qu’un artiste c’est aussi celui qui tient les manettes du business, ils ont compris ce que c’est une communauté, une team, une marque.

Je suis fan de Virginie Despentes, sûrement parce que c’est une Courtney Love des mots. J’adore Le Parrain, les films italiens, Woody Allen autant que Scorcese, Gus Van Sant et bien d’autres. J’engloutis des séries aussi, j’aime bien ce format.

« 33 ans l’année où on ressuscite ? » 

Comment se passe la construction de vos titres ?

J’avais tendance à composer toujours avec ma guitare, soit à partir d’un texte, soit à partir d’une idée, un slogan, ou bien une suite d’accord qui m’inspire des mots. C’est encore le cas pour certains morceaux, mais le fait de m’orienter vers quelque chose de plus électro m’a permis de changer un peu ma manière de faire. Je me suis mise a poser plutôt des instrus, un peu à la manière d’un beatmaker, et comme un rappeur je rajoute du texte dessus. La plupart des textes étant liés à un roman que j’ai commencé à écrire l’an dernier.

Artwork du chapitre 2 - sortie le 3 juin 2016

Artwork du chapitre 2 – sortie le 3 juin 2016

Cette nouvelle manière de faire m’a permis beaucoup plus de liberté, puisque mon chant n’est pas forcement coincé et lié à une mélodie de guitare. C’est comme ça que je me suis mise à faire des textes plutôt slamés, avec beaucoup plus de débit. Comme je ne suis pas une grande musicienne, tout cela donne la base des morceaux, ça fait des maquettes, que je retravaille ensuite avec mon beatmaker qui suit mes rythmiques mais refait avec des sons bien meilleurs ! Mon guitariste ajoute ensuite également sa touche et son son.

Avez-vous des inspirations, des expériences pour composer les paroles ?

La plupart des textes de ce projet sont tirés de ce roman que j’ai commencé a écrire l’an dernier : roman très autobiographique, mais pas seulement. Réflexion sur ma vie, mais aussi la vie en général, notre société, le monde où j’évolue, le milieu de la musique où je baigne depuis 15 ans. Ca parle de moi, mais en essayant que ça parle de tout le monde et à tout le monde.

Vos titres sortent en deux chapitres de trois titres, un peu pour mettre en scène une épopée ?

Ils sont liés au roman, c’est pour ca que je préférais appeler ça « chapitres » plutôt que « EP »: ça permettait aussi de mettre en avant le côté texte qui est primordial dans le projet. J’avais 33 ans quand j’ai commencé à écrire ce roman, 33 ans l’année où on ressuscite ? J’avais envie donc que ce nouveau projet soit une renaissance. J’aimais que les EP soient liés à ce nombre. 3 titres à chaque fois, c’est aussi le triptyque religieux. La mère, la fille, et la sainte d’esprit ?

« La Pietà c’est une aire de liberté pour moi. » 

Vous allez défendre ce projet en live : comment allez-vous mettre en scène cette histoire ?

En live, j’aime bien le côté punk. J’aime bien qu’il y ait la modernité des sons électro et l’attitude grunge 90’s. On a 30 balais. On est des vieux jeunes. Des jeunes vieux. Ca se sent sûrement. En tous cas, faut que ça transpire, c’est l’exutoire pour nous, j’aimerais que ça le soit pour le public aussi. Mise en scène un peu tarée de masque et de robe de mariée, et naturel qui prend beaucoup le dessus aussi, parce que ça vient des tripes avant tout.

Quels sont vos projets pour la suite ?

On commence les lives tout juste, l’idée est d’en faire rapidement le plus possible. L’actualité immédiate, c’est la sortie des 2 premiers chapitres les 3 mai et 3 juin, je pense sortir les 2 suivants à l’automne, et les 2 d’après début 2017.

Je ne fais pas seulement de la musique, je travaille dans la musique également. Du coup La Pietà c’est une aire de liberté pour moi. Pas seulement musicalement, mais aussi dans ma manière d’imaginer l’industrie musicale de demain. Je ne souhaite donc pas faire d’album, mais créer une communauté. L’accès à cette communauté permettra aux fans, l’accès à tous nos contenus annuels, mais aussi une plateforme d’échange où ils pourront aussi nous faire parvenir leurs créations : on choisira d’en mettre en avant régulièrement.

Je veux pouvoir envisager aussi que certains deviennent La Pietà l’espace d’un soir, en venant sur scène avec nous, ou même sans nous, avec les masques, le concept, et la musique. J’imagine un grand mariage à la Corleone avec toute la communauté La Pietà. Bref des fêtes musicales, artistiques, des moments, des idées, de l’humanité à partager. Des idées donc, il y en a des tonnes ! On n’a plus qu’à s’amuser !

Retrouvez La Pietà en live : 

20 mai – Mayenne – Le Rade

30 juin – Nîmes – Paloma

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s