[CHRONIQUE] Album éponyme de Weaves

Sortie depuis maintenant 2 mois, il était temps de vous en parler!

En mars dernier, nous vous faisions découvrir Weaves avec le premier titre extrait de leur album éponyme, un titre intitulé One More (c’était ici). Nous avions tout de suite été sous le charme de ce groupe de Toronto composé de Jasmyn Burke au chant, de Morgan Waters à la guitare, de Zach Bines à la basse, et de Spencer Cole à la batterie. Un cocktail explosif qui nous a donné envie d’en écouter davantage!
Et c’est ainsi qu’à la fin mai, deux nouveaux titres étaient alors en écoute; Candy qui vous fait rentrer dans une transe indescriptible, et Coocoo, un titre solaire, plus posé et relax (c’était par ).

Et c’est donc en juillet que l’album est sorti sur le label Memphis Industries. Retour sur un album excitant et audacieux!

L’album s’ouvre avec Tick sur une musique très psychédélique, des effets de guitare et des accords criards; l’ambiance est posée d’emblée. On y découvre la voix si particulière de Jasmyn Burke qui, tout au long de l’album, démontrera des performances vocales dans la lignée de la folie…
Le clip, quant à lui, est tout aussi déjanté.

Weaves s’aventurent là où d’autres peuvent se casser les dents; une déstructuration, des distorsions et une voix à la limite de la fausseté, comme par exemple le titre suivant, Birds & Bees. Un délire total, qui se répète encore et encore, à l’image de Human où ça part dans tous les sens et où on a presque l’impression que plusieurs chansons se cachent sous ce titre. Mais sous cette folie, les titres de Weaves, comme One More, le premier single, nous entraine dans une frénésie contagieuse.

Et alors là, mention spéciale à Two Oceans qui ressemble à une prise lors d’un enregistrement; Weaves se permet une grande liberté et joue de ce style inclassable et aventureux en proposant un album déstructuré, original, et ô combien palpitant!
On notera toutefois quelques passages plus calmes, en commençant avec Eagle, que l’on pourrait presque prendre pour une comptine – s’il n’y avait pas autant de larsen – mélangeant les notes graves et aiguës. Il y aussi Sentence, qui est tout en retenue; et Stress avec son rythme un peu jazzy et la voix de Jasmyn qui nous charme. Ce titre est le dernier de l’album et avec son côté envoutant, c’est une bonne façon de finir, en nous faisant redescendre tranquillement après le trip planant qu’on vient de vivre.

L’album s’écoute dans son intégralité, sans aucune linéarité (vous pouvez mettre le mode shuffle sans problème!), pour y découvrir un groupe fun, des musiques intenses, une voix captivante, un psychédélisme à la limite de la folie. C’est les montagnes russes avec des passages plus qu’improbables que Weaves nous fait vivre. Ce son étrange et sauvage, mais tellement inventif, nous a laissés sans voix.

weaves-weaves-album-coverTracklist de Weaves:
01. Tick
02. Birds & Bees
03. Candy
04. Shithole
05. Eagle
06. Two Oceans
07. Human
08. Coocoo
09. Sentence
10. One More
11. Stress

En bonus, on vous laisse découvrir la reprise de Help des Beatles, qui prend un sérieux lifting. On y reconnait le style inimitable de Weaves, et presque plus la chanson originale.

Enfin, en juin dernier, nous avions rencontré Weaves, et on essaye de vous retranscrire l’interview très bientôt!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s