[CHRONIQUE] Flo Morrissey & Matthew E. White, Gentlewoman, Ruby Man

Un album de reprises inattendu mais tout aussi beau!

flo_matthew

Quand une princesse de la folk rencontre un empereur de la soul, ça nous donne dix titres à tomber!
Flo Morrissey, nous la connaissions déjà. Découverte en mars 2015, nous avions craqué sur ce petit bout de femme qui remettait la folk sur la carte musicale, déjà comparée à Joni Mitchell. Nous l’avions donc suivi pour la sortie de son album Tomorrow Will Be Beautiful en juin 2015, un recueil de folk teintée d’orchestrations un brin plus moderne pour lequel nous avions été séduit par cette voix envoutante à la fois fragile et mature, puis lors de son passage au Point Éphémère quelques jours plus tard, où elle se distinguait par sa simplicité, son naturel et sa sincérité, mais aussi par ses mélodies enchanteresses.
De l’autre côté, nous avons Matthew E. White, un auteur compositeur interprète, multi-instrumentiste de talent, à la voix qui crie la soul musique.

A première vue, ces deux artistes n’ont pas beaucoup en commun, de chaque côté d’un océan, le jour et la nuit, la fragilité et la force, l’aigu et le grave, la folk et la soul…Et pourtant, ils se rencontrent pour la première fois à l’automne 2015 à un concert en hommage à Lee Hazelwood au Barbican à Londres, où tous deux ont chanté Some Velvet Morning. Le courant passe, cette collaboration évolue amicalement et donne envie de collaborer de nouveau ensemble.
La jeune anglaise traverse donc l’océan pour honorer l’invitation dans le studio de l’auteur-producteur américain dans une ville modeste de Virginie. Après deux semaines, le résultat s’intitule Gentlewoman, Ruby Man et est composé de dix reprises entre classiques (Sunday Morning du Velvet Underground) et titres plus récents (The Colour In Anything de James Blake), dont le choix peut paraitre étonnant tant il n’existe pas de style commun, de Leonard Cohen aux Bee Gees en passant par Nino Ferrer et Charlotte Gainsbourg.
En tout cas, le pari est gagnant avec cet album qui va à la fois nous réchauffer en cet hiver quelque peu glacial et nous enluminer de sa beauté.

Leurs deux voix tellement antagonistes se marient pourtant à merveille, et l’harmonie de ces deux voix opposées nous émerveille. Flo Morrissey y appose sa patte folk, quant à Matthew E. White et sa voix si grave donne un côté soul à l’ensemble. Parfois, Flo Morrissey va même descendre dans les tonalités, dans Thinkin ‘Bout You (Frank Ocean) et Heaven Can Wait (Charlotte Gainsbourg), quelque peu étonnant lorsque que l’on connait le registre de la jeune anglaise, mais faisant preuve d’une certaine maturité. Mais c’est surtout dans les aigus qu’elle s’impose, et notamment sur The Colour In Anything (James Blake) où elle y démontre toute sa puissance.

flomat2

On regrettera, lors de certains passages où leurs deux voix sont ensemble, que celle de Matthew E. White soit quelque peu écrasée, à l’image de Looking For You (Nino Ferrer) ou Everybody Loves The Sunshine (Roy Ayers). Mais à y bien regarder, les 2 artistes se sont partagés leurs rôles, car on y retrouve également des titres avec Matthew E. White quasi seul, comme dans Suzanne (Leonard Cohen), et aussi des titres où seule la voix de Flo Morrissey est présente, comme dans Sunday Morning (Velvet Underground). Mais nous, ce que l’on préfère, ce sont lorsque ces deux-là se répondent, et on pense alors aux deux titres qui, selon nous, sortent du lot: Look At What The Light Did Now (Little Wings) et Grease (Bee Gees), deux titres enjoués qui donne le sourire et qui nous ensorcèle avec la voix soul de Matthew E. White couplée à la voix éthérée de Flo Morrissey.

On pourra également noter la variété des genres, tantôt soul, ou jazz, voire funk mais aussi pop, sur un album qui se clôt avec un voyage vers l’Inde avec le mystique Govindam (George Harrison); et l’ensemble se prêtant à de très beaux arrangements.

gentlewoman-ruby-man-packshot-1024x1024
Tracklist de Gentlewoman, Ruby Man:
01. Look At What The Light Did Now (Little Wings)
02. Thinking ‘Bout You (Frank Ocean)
03. Looking For You (Nino Ferrer)
04. The Colour In Anything (James Blake)
05. Grease (Bee Gees)
06. Everybody Loves The Sunshine (Roy Ayers)
07. Suzanne (Leonard Cohen)
08. Sunday Morning (Velvet Underground)
09. Heaven Can Wait (Charlotte Gainsbourg)
10. Govindam (George Harrison)

 

En résumé, l’année 2017 commence plutôt très bien, avec cet album magique à mettre entre tous les mains!

L’album Gentlewoman, Ruby Man est disponible depuis le 13 janvier 2017 sous Glassnote Records; et Flo Morrissey et Matthew E. White seront en concert à Paris le 15 février 2017 à La Maroquinerie dans le cadre du Festival des Nuits de l’Alligator.

Retrouvez Flo Morrissey et Matthew E. White sur leur site officiel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s