[LIVE REPORT] Flo Morrissey & Matthew E. White @ La Maroquinerie

Un live tout aussi bon que l’album

img_0355

Mercredi 15 février 2017, on se croirait presque déjà au printemps tant l’air est doux quand nous nous dirigeons vers la salle parisienne de La Maroquinerie. Une importante foule fait déjà la queue, les spectateurs savent qu’ils vont avoir la chance d’assister à l’un des rares concerts que ce duo propose à l’occasion de la sortie de leur album de reprises Gentlewoman, Ruby Man le mois dernier.

La salle est pleine, nous sommes tous prêts à accueillir, pour le Festival des Nuits de l’Alligator, ce duo qui nous a déjà charmés par leurs merveilleuses reprises (Chronique à retrouver ici); Flo Morrissey et Matthew E. White arrivent alors sur scène, accompagnés d’un groupe composé d’un batteur, d’un guitariste, d’un bassiste et d’un claviériste, le même groupe qui a d’ailleurs participé à l’enregistrement de l’album. Flo Morrissey, dans sa longue robe en velours et avec ses bijoux, nous replonge dans les années 70, et très rapidement nous sommes happés par cet aura qu’elle dégage simplement par sa présence. Elle parait très sérieuse, voire intimidée, ce qui contraste presque avec ce grand gaillard qu’est Matthew E. White, pas avare d’anecdotes ni de petits pas de danse, sur son 31 ce soir-là avec sa veste et son col roulé. Mais ces deux-là nous démontrent une complicité qui va au-delà de la musique, et une envie de partager quelque chose de spécial avec le public.

Le concert commence par Everybody Loves The Sunshine, la reprise de Roy Ayers, tout en douceur, pour nous mettre dans l’ambiance, et l’on retrouve alors avec bonheur ces deux voix si différentes mais tellement en accord. Mais c’est lorsque les premières notes de Grease sont jouées que l’ambiance commence à monter. Pour ce dernier show de la tournée, Matthew E. White se permet d’ailleurs de préciser qu’elle est là son idée du bonheur, de jouer dans une si petite salle, en osmose avec le public. Les deux artistes ne cesseront de se complimenter, tellement heureux de s’être rencontrés et d’avoir enregistré cet album; Matthew E. White n’oubliera pas les musiciens qu’il présentera à plusieurs reprises pendant le concert, indiquant que cette aventure n’aurait pas eu lieu sans eux. Et en milieu de set, le duo nous laisse d’ailleurs entendre l’étendue du talent de chacun, quittant la scène pour les laisser nous proposer un morceau instrumental excellent.

Flo et Matthew reviennent ensuite sur scène, chacun une guitare autour du cou, et Flo nous présente en français le morceau suivant qui n’est autre que la reprise de Nino Ferrer, Looking For You. Une reprise fidèle à l’original qui finit de nous embarquer dans leur monde musical. Flo Morrissey s’essayera au français à plusieurs reprises, notamment en essayant de traduire le titre de James Blake, The Colour of Anything, qui se transforme en « la couleur de n’importe quoi ». On apprend également que nous manquons de peu une reprise en exclusivité, celle de Bonnie & Clyde que Flo Morrissey a tenté de faire apprendre à Matthew E. White sur Skype! Malheureusement, ce dernier ne se sentant pas à la hauteur en français, le projet est abandonné, et quel dommage! Pour plaisanter, il va jusqu’à dire qu’ils auraient du nous proposer la session Skype à la place!

Presque l’intégralité de l’album sera joué, mais nous aurons également droit à deux titres de leurs répertoires solos respectifs. D’un côté, le merveilleux Pages of Gold, titre qui nous avait fait découvrir Flo Morrissey il y a maintenant deux ans, et que Matthew n’a de cesse de faire l’éloge; de l’autre, l’entrainant Cool Out de Matthew E. White qu’il avait partagé avec Natalie Prass.
Le set principal se termine par l’un de nos titres préférés sur cet album: Look At What The Lights Did Now, reprise de Little Wings, qui enchante le public, donne le sourire à tous et nous ensorcèle avec la voix soul de Matthew E. White couplée à la voix éthérée de Flo Morrissey.

Il y aura bien sûr un rappel, composé de deux titres, avec tout d’abord la sublime reprise de Suzanne de Leonard Cohen, et enfin Sunday Morning du Velvet Underground, qui clôt cette soirée de manière magique, avec le guitariste qui plonge faire un solo dans la foule, avant de donner sa guitare à Matthew E. White qui, lui, enchaine les notes à genoux tel une rock star. Le public est conquis, mais nous n’en doutions pas dès le début. Tous quittent la scène après un salut général devant un public qui ne cesse de les applaudir.
Le concert était tout ce que l’on pouvait espérer. Bien sûr, les arrangements étaient les mêmes que sur l’album, mais ce dernier nous avait tellement plu que nous ne demandions rien d’autre. Rien d’autre que de pouvoir assister en live à l’harmonie de ces deux voix opposées.

Pour finir, tout de même une mention spéciale aux maracas de Flo Morrissey en forme d’ananas!

Publicités

4 réflexions sur “[LIVE REPORT] Flo Morrissey & Matthew E. White @ La Maroquinerie

  1. Sympa le compte rendu de cet excellent concert ! Mon seul regret, ne pas l’avoir enregistré pour retrouver cette entêtante version de « Cool Out » bien supérieure à la version 45 je trouve.

    • Le regret aurait été de ne pas assister à ce concert fabuleux! Il est possible, je pense, de trouver un enregistrement de ce concert, mais chut! je n’ai rien dit!

      • C’est vrai, mieux vaut y avoir été et ne pas avoir d’enregistrement que de ne pas y avoir été et de pouvoir écouter un enregistrement…cela dit j’aimerais vraiment réécouter « Cool Out ». D’ailleurs je viens de lire sur discogs qu’elle avait été écrite par Andy C. Jenkins qui n’est autre que le chanteur qui a fait la première partie sous le nom « Pretty Much » !

        Pour en revenir à un éventuel enregistrement j’ai cherché sur Dime et sur l’ex-lossless.fr et rien pour le moment 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s