[LIVE REPORT] La Pietà & No One Is Innocent @ Pan Piper

Retour sur la soirée anniversaire de Longueur d’Ondes

© Amaury_Leoz

 

Cette année, le magazine Longueur d’Ondes fête ses 35 ans. Paru pour la première fois en 1982  sur l’initiative de son rédacteur en chef  Serge Beyer, le magazine s’est spécialisé, depuis plus de quinze ans,  dans les scènes émergentes, les artistes auto-produits et essentiellement francophones. Quatre fois par an, Longueur d’Ondes est disponible gratuitement en France, en Belgique et au Québec.

Pour célébrer ses 35 ans, une grande soirée était organisée au Pan Piper à Paris le 10 juin 2017, en présence de l’équipe du magazine, qui avait invité pour l’occasion La Pietà et No One Is Innocent. Une soirée qui s’annonçait donc rock’n’roll et à laquelle Les Insouciants ont assisté.

Les premiers à fouler la scène du Pan Piper sont les membres de La Pietà, projet rock électro aux textes sincères et à la musique brute, menée par sa chanteuse charismatique au masque de chat. Un projet qui résume les sujets qu’elle voulait aborder, à savoir la féminité, la religion, la souffrance et l’humanité, dans une mise en scène un peu barrée. Arrivée en robe de mariée et sweat à capuche, elle abandonne ses attributs au fur et à mesure du set, pour finir en sous-vêtements, laissant apparaitre des mots inscrits sur son corps.

Ses deux acolytes, l’un aux platines et l’autre à la guitare, garderont leurs vêtements, mais revêtent aussi un masque, noir celui-là. Noir, de la même couleur que la majeure partie des textes de La Pietà. En effet, une ambiance très sombre se dégage de la prestation, pour eux c’est un peu l’exutoire, permettant une réflexion sur la société; un peu autobiographique, La Pietà souhaite aussi que ses mots/maux parlent à tout le monde. Le pari semble réussi, la salle semble conquise et le public prêt à accueillir les prochains invités.

Et c’est ensuite au tour d’un groupe qu’on ne présente plus, mais que Longueur d’Ondes nous présente quand même, fier d’avoir été parmi les premiers à découvrir ce groupe aux Francofolies, qui frôle la comparaison avec des monstres comme Rage Against The Machine, ou plus récemment Prophets of Rage.

La rage, elle est bien là; militants, engagés, enragés, les No One sont là et ne font pas de la figuration. Dès leur entrée sur scène, et les premières notes de Djihad Propaganda, le ton est posé; retour sur les drames de 2015 avec Charlie, des « la jeunesse emmerde le front national » scandés en pleine année électorale. Mélange de thèmes poignants et d’énergie communicatrice, les No One nous ont régalés pendant près d’1 h et demi; en réussissant à y insérer un petit Bullet In The Head des RATM, et sans oublier de faire monter le public sur scène lors de Drugs.

Shanka et Poppy, tous deux à la guitare, prennent aussi un malin plaisir à se mettre en bord de scène pour communier avec le public, qui le leur rend bien sur fond de pogos. Tourné vers le batteur, ou faisant des rapprochements complices avec les guitaristes, le poing levé, faisant de nombreux sauts, Kemar nous a également fait profiter de sa forme olympique, en finissant par un slam réussi.

Longueur d’Ondes nous a régalée d’une très belle soirée, et Les Insouciants lui souhaitent encore de très nombreuses années!

Plus de photos sur notre Flickr!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s