Retour sur les Nuits Secrètes!

En ce week-end de fin de juillet, la ville d’Aulnoye-Aymeries a accueilli le festival des Nuits Secrètes pour le plus grand bonheur de nombreux Nordistes et on vous en parle ! 

img_1546.jpg


Un vendredi aux sonorités Hip Hop 

On commence cette première journée avec le groupe UNNO. Entre Electro, Hip Hop et Jazz, les jeunes musiciens ont su envoûter le public qui commençait à se rassembler devant la grande scène. Le trio Dunkerquois nous a interprété les sons de leur dernier EP Silence, tout frais de ce début d’année. Mais on a aussi pu entendre des musiques plus anciennes comme Whatever Comes, son old school de l’EP We Are UNNO paru en 2011, ou encore Walls, Thousand Islands et Sirens restant nos petits favoris. Le ciel se dégage sur Aulnoye-Aymeries, la température se réchauffe, la voix presque hypnotisante du chanteur nous ravit. On sent que ce week-end commence très bien! Et parce que le groupe en vaut vraiment le coup, on vous dépose leur lien BandCamp ici.

IMG_1518

UNNO, © Les Insouciants

On continue sur la scène de l’Eden avec ses jolis airs d’entrepôt qui tranche avec le côté rural de la zone. On rejoint Ausstellung, deux jeunes mecs, Antoine et Pierre-Antoine, qui mixent sur des PC rétros et qui réussissent à nous emmener dans un monde fait de pixels. Nos geeks de la musique ont mixé durant une heure avec une bonne humeur contagieuse. Sur quelques sons on entendra leurs voix auxquelles se joignent des bruits robotiques. On est réellement fan de la mise en scène du groupe: de chaque côtés, des piles de vieux ordinateurs comme on a pu les connaitre dans les années 90, qui reprennent vie le temps d’un set.

IMG_1521

Ausstellung, © Les Insouciants

Et puis Bruxelles Arrive sur scène avec Roméo Elvis accompagné du Motel. Ça commence fort avec des sons parus sur son nouvel album Morale 2. On y retrouve Diable, Bébé Aime la Drogue, Ma tête ou encore Drôle de Question. Complètement possédé, torse nu, l’artiste nous incarne sa chanson Les Hommes ne pleurent pas, plus mélancolique sur scène que dans la version studio. Les sons de Morale, son premier album, y passent aussi. Le rappeur bruxellois se donne à fond et les pogos explosent dans le public. L’humour est à l’honneur, il nous parle de sa drôle d’affection pour les crocodiles… Toute le monde passe un très bon moment et nous on attend qu’une chose: le revoir au plus vite, parce qu’on vous le jure, il est génial!

IMG_1394

Roméo Elvis, © Les Insouciants

Le S-Crew arrive pour enflammer les festivaliers. Effets pyrotechniques, lumières, lasers, grosses basses, on voit que le groupe s’est rodé sur les routes depuis toutes ses années. Quand Nekfeu débarque sur scène c’est l’euphorie, ses deux albums à succès en étant la cause, il reprendra quelques uns de ses hits, entouré de ses potes d’enfance, 2zer, Mécra et Framal. L’énergie qu’ils mettent sur scène est dingue, on retrouve Doums, un membre de l’Entourage. Pas le temps de s’ennuyer, entre les sons de Seine Zoo, sorti en 2013 et ceux de Destins Liés, paru en 2016. Au menu Du Vécu, Démarre, On Va le Faire, Squa, Mauvaise Graine, bref que des gros sons que tout les festivaliers reprennent en chœur. Sur l’incontournable Tempête, Nekfeu demande de faire le plus grand cercle possible dans le public pour qu’éclate par la suite un énorme pogo qui ne sera pas le seul de la soirée. Le groupe finit sur J’aurai pas dû en sautant dans la fosse avec l’aide de bateaux gonflables et de sphères transparentes que les festivaliers se font un plaisir de transporter. Une chose est sûre, ces mecs là assurent sur scène et se donnent vraiment à fond pour que leurs passages soient inoubliables.

FullSizeRender

S-CREW, ©Les Insouciants

Fin d’une première journée réussie et bien mouvementée avec Molecule, Charlotte De Witte et Daniel Avery. Le lendemain s’annonce tout aussi sympa, on a hâte de retrouver le festival et ses food trucks qui sortent un peu de l’ordinaire entre Nachos, Hot Dog remplis d’oignons frits et cuisine du monde, qui a dit qu’un bon festival n’était fait que de bonne musique ?

Round 2 sous le joli soleil du Nord…

Deuxième journée qui s’ouvre avec le soleil et le groupe Blow. Les jeunes artistes ont tout simplement séduit la foule avec des sons légers et aériens se situant entre pop et électro. La voix de Quentin, le chanteur, est tout simplement prenante. On découvre les sons de leur premier EP I, avec The Devil Remembers Me, Don’t Wait for Us, Close to you ou encore nos favoris Fall In Deep et You Killed Me On The Moon. Enfait c’est un réel coup de cœur qu’on a pour ce groupe, qu’on vous invite à écouter si vous avez des envies de légèreté, de voyages sur des sonorités pop californienne mais tout de même bien à la française.
Mention spéciale pour le bassiste Thomas, totalement possédé par sa musique et qui sait transmettre sa bonne humeur au public!

IMG_1524

Blow, © Les Insouciants

Let’s go sur l’Eden avec Rocky. Plus besoin de vous les présenter, on vous en a déjà parlé! On a donc retrouvé nos lillois pour un show qui en valait vraiment le détour. La magnifique tigresse Inès Kokou reste égale à elle même, toujours pleine d’humour. Le groupe nous interprète des sons pleins d’énergie, de folie tels que Apologize, Chase the Cool, Big South… Encore un agréable moment passé en leur compagnie, une seule chose: on en redemande encore!

IMG_1526

Rocky, © Les Insouciants

Retour sur la grande scène avec Her. Un rendez-vous plein d’émotion car seul un des chanteurs est présent sur scène, Victor, Simon se battant contre le cancer. On comprend toute l’importance pour le groupe de jouer, de donner le meilleur d’eux mêmes. Il interprétera les musiques de leurs albums Her Tape #1 (2016) et Her Tape #2 (2017), avec les hits Five Minutes et Quite Like. Au moment de jouer Union, Victor nous annonce que cela va bientôt faire deux ans qu’il est marié et que cette chanson est pour sa femme. De quoi rappeler que le groupe, s’appelant Her pour Elle en anglais, est un fervent défenseur de la femme et du féminisme. On est totalement sous le charme de la reprise de Change Is Gonna Come de Sam Cook. Le groupe se situant entre jazz, électro et pop, on adhère totalement… et surprise, Thomas, le bassiste de Blow est de la partie ! Alors si vous avez l’occasion de les voir sur scène, n’hésitez même plus et faites nous confiance, vous passerez un excellent moment!

IMG_1529

Her, © Les Insouciants

Parce que chez les Insouciants, on aime ceux qui sortent des sentiers battus, on vous parle de Jacques. Total changement d’ambiance quand on arrive sur l’Eden. On aperçoit un mec au dessus de ses platines, sa coupe de cheveux laisse à désirer mais clairement le son qu’il propose est juste dingue. Il mixe tout en y ajoutant des sons d’objets du quotidien: une sonnette, une casserole, un extincteur… à ça vous ajoutez des instruments et le mélange est juste parfait. Tout le monde danse, s’amuse, tout ce monde certainement bouche bée par la prestation à laquelle il assiste.
Jacques c’est tout un monde, avec lui Tout Est Magnifique (titre de l’un de ses EP), c’est du génie à l’état pur, enfin si vous voulez vous faire votre propre avis c’est ici!

IMG_1530

Jacques, © Les Insouciants

On finit la journée avec du beau monde: Julien Doré avec son humour et sa belle énergie, Louisahhh qui nous a bien fait bouger sous l’Eden grâce à l’aide de son compère Maelstrom aux platines, puis finalement Apparat et Superpoze pour toujours plus de danse. Il est temps de clôturer cette journée pour attaquer la dernière!

Un dimanche aux couleurs du monde!

Il fait plutôt beau, pas très chaud mais dès l’arrivé de BCUC, l’atmosphère prend 10 degrés d’un coup. Le collectif venant d’Afrique du Sud nous emporte grâce à une énergie folle et des danses endiablées. Ils nous jouent leur album Your Truth, véritable pépite pour les amoureux de la musique africaine. Entre autres, on danse sur Yinde, In My Blues, Azani… Des chansons pleines d’espoir, de bonne humeur, de soleil et d’amour. Un seul mot d’ordre qui définira la journée: l’unité. Tout le monde réunit autour de la musique. Comment vous dire… on adore!

IMG_1543

BCUC, © Les Insouciants

On continue sur la même lancée avec Inna De Yard. Une dizaine d’hommes sur scène, tous derrière des instruments qui parfois sortent de notre quotidien. La fête commence, oui on parle de fête car on ne pourrait pas qualifier cette prestation autrement. De la joie, de la danse, du rythme, on arrive en Jamaïque et on peut vous dire qu’on est bien là… Plusieurs chanteurs se passent le micro, de tous les âges, on passe par des grains de voix différents, des styles différents mais on reste toujours très proche du Reggae. Les fans de Dub Incarrivant sur scène plus tard, sont aux anges. Dans la veine d’un certain Bob Marley ou bien encore d’un Tiken Jah Fakoly, on écoute avec bonheur leur dernier album The Soul of Jamaica (2017) et on est vraiment en plein dedans.

IMG_1548

Inna De Yard, © Les Insouciants

On vous parlait de Cigarettes After Sex il n’y a pas si longtemps que ça et bien maintenant on peut vous affirmer que la magie opère tout autant en live… Leur album éponyme, sorti il y a peu est une vraie pépite qu’on apprécie, surtout lors d’une soirée, un verre de vin rouge à la main. Ici, sur la scène de l’Eden, on écoute, on se laisse porter par la voix de Greg Gonzalez, le soleil se couche tout doucement sur Lay Here, Run Towards Your Fear, You ou encore Please Don’t Cry. Une atmosphère aérienne, pleine de légèreté mais aussi de mélancolie. On savoure l’instant, assis dans l’herbe ou en se déhanchant lentement, un instant passant malheureusement bien trop rapidement…

IMG_1550

Cigarettes After Sex, © Les Insouciants

Mais changement d’ambiance quand on rejoint le fou furieux Mat Bastard. Loin de ses années Skip The Use, on retrouve un mordu de rock qui se donne encore et encore à son public. On peut parler d’une nouvelle jeunesse, d’un joli recommencement avec Loov, son premier album solo. On passe bien sur par le très rock Close to Me, le joli More Than Friends, le plein d’espoir Stand as One… Le public est déchaîné et en même temps on le comprend, la cohésion entre le groupe et lui est presque immédiate, naturelle. On en ressort plein d’énergie, let’s go pour le reste de la soirée!

IMG_1552

Mat Bastard, © Les Insouciants


François and the Atlas Mountains
c’est aussi tout un monde, un joli monde plein de légèreté, fait à base de guitares très pop et de paroles pleines de poésie. Dans son ensemble bleu à motifs, François entame des pas de danse, accompagné de ses musiciens. La bonne humeur est au rendez-vous. On découvre des chansons telles que Grand Dérèglement, Tendre est l’Ame, Âpres Après toutes sur l’album Solide Mirage (2017), mais notre coup de cœur reste la chanson Summer of a Heart, issue de l’album Piano Ombre parut en 2014. Avec eux on ne vogue pas vraiment vers un autre pays mais plutôt vers un nouvel état d’esprit, proche d’une jolie utopie et c’est tout aussi beau…

IMG_1555

Frànçois and the Atlas Mountains, © Les Insouciants

 

On voyage encore un peu ce soir avec Dub Inc et les DJ de Chinese Man. Les uns nous emportent entre Algérie et Jamaïque, les autres dans des contrées asiatiques. Sur l’Eden les DJ Mind Against et Tales of Us se donnent à fond pour clôturer ce si joli week-end fait de musique, de joie, de danse et parfois même de pogos. On se dit à l’année prochaine les Nuits Secrètes, en espérant vous y retrouver nombreux!

img_1547.jpg

Une réflexion sur “Retour sur les Nuits Secrètes!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s