[LIVE REPORT] Psychedelic Porn Crumpets @ La Maroquinerie

Retour sur une soirée psychédélique

Pour célébrer la fin de l’été et l’arrivée de l’automne, Les Insouciants se sont rendus à La Maroquinerie à Paris le lundi 24 septembre 2018 pour assister au premier passage en France des Psychedelic Porn Crumpets, que nous avions découvert il y a peu à travers les singles Cornflake et Social Candy ( à retrouver ici et ), qui annonçaient la réédition de leurs albums High Visceral (Part 1) et High Visceral (Part 2).

A 19h30, la foule est éparse mais il se joue déjà de la musique. Steve Amber se charge d’assurer la première partie. Découverte pour Les Insouciants, mais une chouette découverte. Derrière le nom d’une seule personne se cachent quatre identités distinctes, la base classique: voix, guitare, basse, batterie. Bon, c’est vrai, il y a aussi des claviers et un mégaphone. Et des pédales, beaucoup de pédales ; il faut de l’effet, beaucoup d’effets. Navigant entre Brest et Paris, Steve Amber nous embarque ce soir-là sur sa planète folk avec ses vagues psychédéliques. Ça apparaît comme un mélange brouillon, mais tout se tient, et on finit par faire comme tout le monde dans la salle, on dodeline de la tête, quitte à parfois fermer les yeux pour faire partie de ce voyage à 100%.

Et quand on rouvre les yeux, on aura du mal à détacher notre regard de ce chanteur longiligne aux cheveux longs, plein de grâce jusque dans les pointes de pied, qui, comme dans une transe, nous emporte dans un spleen vertigineux. On sera aussi très intrigué par cet objet près du batteur qui, à première vue, n’est qu’un objet de décoration; un tourbillon qui monte sur un pied, et qui s’avèrera être utilisé comme cymbale. Un set rapide, mais efficace, presque sans pause, brut et presque dans l’urgence, qui nous donne envie de nous pencher sur ce groupe qui a sorti très récemment un EP, From A Temple On A Hill, enregistré dans les conditions du live.

Puis, c’est au tour des Psychedelic Porn Crumpets de tout emporter sur leur passage. On avait vraiment hâte de voir ce que ça donnait sur scène car on avait été bluffé par l’écoute de plusieurs singles. Leur unique passage à Paris, dernière date de leur tournée européenne avant leur retour en Australie, était l’occasion idéale à ne pas rater. La petite salle de La Maroquinerie se remplit petit à petit, et au fur et à mesure du set, on se rend compte que beaucoup dans le public sont des fans de la première heure.

Avec leur style grunge, leurs cheveux longs et leur nonchalance, les quatre Australiens arrivent sur scène décontractés et avec le sourire; Jack McEwan, chanteur guitariste, n’aura de cesse d’exprimer sa joie d’avoir la possibilité de tourner en Europe et de finir par un passage à Paris. Il ne sera pas avare de discours, ponctuant la majeure partie des titres par quelques mots dans cet accent si particulier, et avec ce qui semble un léger zozotement. Avec un physique entre Matthew E. White, Sean Lennon et Jon Harvey, le chanteur guitariste se cache derrière une longue chevelure ne dévoilant son visage qu’à de très rares occasions, collé au micro. Et pourtant, c’est là le petit point noir de la soirée: la musique, psychédélique au possible, nous emporte dans un voyage cosmique entre riffs excessifs et passages enivrants, mais la voix n’est malheureusement que trop peu audible.

Une petite déception pour ce qui aurait pu être un show au top; nous ne boudons tout de même pas notre plaisir, et nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls, le public n’hésitant pas à s’ambiancer au fur et à mesure du set. Nous aurons droit à de longs pogos, et du crowd surfing initié par des femmes, surtout lorsque retentissent les singles Cornflake et Social Candy. Le set sera court, mais nous nous attendions à cela, et nous ne sommes en aucun cas déçus du show qui s’est offert à nous; ça balance des cheveux, ça envoie du lourd, on aurait aimé plus de voix mais tout le monde ressort tout de même ravi! On espère que d’autres opportunités se présenteront à eux de se produire sur des scènes françaises.

Retrouvez toutes nos photos sur Flickr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s